France Télécom boucle 2011 en repli

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

France Télécom boucle 2011 en repliBusiness - L’opérateur historique fait état d’un bénéfice en chute de 20% et s’apprête à moins rémunérer ses actionnaires. La montée en puissance de la concurrence est passée par là.

Avec une concurrence exacerbée sur le marché du mobile, notamment avec l’anticipation de l’arrivée de Free sur ce marché, France Télécom a perdu des plumes en 2011. L’opérateur historique vient de publier ses résultats annuels marqués par des indicateurs en baisse.

L’an dernier, le groupe a dégagé un bénéfice net en baisse de 20% à 3,8 milliards d’euros, selon un communiqué. Son chiffre d’affaires a reculé de 1,6% à 45,2 milliards d’euros. Orange comptait au 31 décembre dernier 226,3 millions de clients dans le monde, en hausse de 8% sur un an.

Le résultat brut d’exploitation s’est élevé pour l’année à 15 milliards d’euros, en retrait de 4,8% sur un an.

En France, le chiffre d’affaires a reculé de 3,3% à 22,5 milliards pour l’année. Au quatrième trimestre, l’impact croissant des ajustements tarifaires et la diminution du chiffre d’affaires des offres prépayées “n’étant plus totalement compensés par la croissance des nouveaux usages et de la base client des forfaits”, le chiffre d’affaires a connu une baisse plus marquée encore, de 4,1% (à 5,6 milliards d’euros).

Et la situation devrait rester la même lors du début de l’année avec l’arrivée de Free Mobile. L’opérateur affirme avoir perdu entre le 1er janvier le 15 février 201 000 clients mobiles (1 million de départs pour 800 000 recrutements).

200 000 clients mobiles perdus depuis l’arrivée de Free

La part de conquête (la part de nouveau client sur un secteur) sur l’ADSL en France s’élève à 30,5% sur l’année et que la part de marché mobile grand public est stabilisée aux alentours de 40% au 31 décembre.

En Europe, la croissance est faible sauf en Espagne avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,5% à 3,9 milliards d’euros, avec une croissance des ventes dans le mobile de 7,1% et de 6,6% dans les services fixes.

Hors Europe, où le groupe fonde de nombreux espoirs, les ventes ont connu une légère baisse de 0,4%. Mais hors Côte d’Ivoire et Egypte, “l’Afrique et le Moyen-Orient sont en croissance de 6,8%, tirés par le Cameroun, le Mali, le Sénégal”, a expliqué le groupe.

Reste que devant les incertitudes présentées par la conjoncture et l’arrivée du concurrent Free sur le marché du portable, le groupe a décidé de baisser la rémunération de ses actionnaires. Une première.

“Conscients que le contexte macro-économique et concurrentiel 2012 restera incertain, nous (…) décidons d’adapter la rémunération de nos actionnaires afin de garantir la solidité financière du Groupe en toutes circonstances”, a prévenu le p-dg Stéphane Richard, cité dans un communiqué.

France Télécom va ainsi “adapter sa politique de rémunération des actionnaires en l’alignant sur sa génération de cash flow opérationnel” qu’il anticipe proche de 8 milliards d’euros pour 2012.

Le montant total alloué au dividende au titre des exercices 2012 et 2013 devrait être compris dans une fourchette de 40 à 45% du cash flow opérationnel de l’exercice, “soit de 1,21 à 1,35 euro par action”, selon le directeur financier, Gervais Pellissier contre 1,40 euro pour 2011.

Pour le syndicat CFE-CGC/UNSA qui plaide pour une baisse drastique des dividendes versés afin d’obtenir plus de marge de manoeuvre, “c’est une baisse trop tardive et largement insuffisante !” Et de rappeler que ni Apple ni Google ne versent de dividendes…

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »